20 janvier 2014

on garde le cap et on accélère !

 

francois_hollande_lors_de_sa_conference_de_presse_a_l_elysee

 

Accélérer les réformes

C'est un président à l'offensive qui a répondu aux questions des journalistes lors de la conférence de presse q u i s'est tenue mardi 14 janvier. François Hollande a expliqué le cap qu'il comptait tenir jusqu'à la fin de son mandat. « II ne s'agit pas de changer de chemin, il s'agit d'aller plus vite, d'aller plus loin, d'accélérer, d'approfondir. » La bataille pour l'emploi est plus que jamais une priorité du président, qui l'affirme « en 2014, l'enjeu n'est pas simplement que la France retrouve la croissance -elle se dessine, c'est que cette croissance soit la plus vigoureuse possible. Nous n'y parviendrons qu’avec la mobilisation de tous, et notamment des entreprises, sans lesquelles il ne peut y avoir de créations d'emplois dans la durée. » Pour les inciter à créer de l'emploi, François Hollande propose un pacte de responsabilité : « il a un principe simple : c'est d'alléger les charges des entreprises, de réduire leurs contraintes et en contrepartie de permettre plus d'embauches et davantage de dialogue social. »Cela passe par la poursuite de l'allégement du coût du travail, qui a débuté par la création du crédit impôt compétitivité emploi (CICE) l'an dernier. «Je fixe un nouvel objectif, précise le président. C'est que d'ici 2017, pour les entreprises et les travailleurs indépendants, ce soit la fin des cotisations familiales. » Cela représente une économie de 30 milliards d'euros pour les entreprises. Les contreparties « doivent être définies au niveau national et déclinées par branche professionnelles». Elles porteront sur « des objectifs chiffrés d'embauche, d'insertion des jeunes, de travail des seniors, de qualité de l'emploi, de formation, d'ouvertures de négociations sur les rémunérations et la modernisation du dialogue social». Un observatoire des contreparties sera mis en place. François Hollande a également insisté sur un autre point important: la réduction des dépenses publiques. «J'estime qu'il est possible de faire des économies, nombreuses, tout en préservant notre modèle social. » Pour cela, le président va créer un conseil stratégique de la dépense, qui se réunira chaque mois pour évaluer les politiques publiques. L'État « montrera l'exemple », mais ne pourra être seul dans la démarche. Ainsi, « notre organisation territoriale devra être revue ». Les modalités seront définies dans la prochaine loi de décentralisation, mais déjà, le président souhaite donner de nouvelles compétences aux régions, et inciter les collectivités à se rapprocher pour éviter tes doublons. En outre, en ce qui concerne la sécurité sociale, qui sera préservée, « il faut réduire la multiplication des prescriptions, des actes médicaux redondants, des médicaments ».

« C'est au prix de cet effort que nous pourrons garantir le modèle social et le service public», insiste-t-il. Ainsi, la priorité à la jeunesse depuis le début du quinquennat pourra être accentuée. 100 000 emplois d'avenir ont déjà été créés en 2013, il y en aura 50 000 de plus en 2014 Il y aura également 15 % de volontaires en service civique en plus. En ce qui concerne l'enseignement, un plan pour l'éducation prioritaire sera mis en œuvre.

International

« II y a des moments où il faut saluer des victoires », relève François Hollande en parlant du Mali. « C'en est une. Victoire contre le terrorisme, victoire pour la démocratie, victoire pour le développement. » Mais l'opération va s'achever, il n'y aura plus que 1000 soldats au printemps. En Centrafrique, la France a été appelée « pour éviter une catastrophe humanitaire ». « Nous n'avons pas terminé le travail, nous allons le poursuivre mais dans un contexte forcément différent. D'abord, parce que l'Europe va venir. Ensuite, une force de maintien de la paix sera, à un moment décidée, et viendra prendre le relais. » 1600 soldats français y sont déployés aux côtés de 4000 africains mais là non plus la France n'a pas vocation à rester. En Europe, François Hollande veut que la France relance le moteur franco-allemand. Il propose « une initiative pour une convergence économique et sociale entre la France et l'Allemagne », mais aussi « de nous coordonner pour la transition écologique » et d'agir pour l'Europe de la défense. « Nous devons avancer vers une union économique et monétaire, avec une zone euro qui puisse avoir un vrai gouvernement et avec des objectifs de croissance et d'emploi.»

hollande_souriant_1

 

Posté par marckolsheim à 21:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur on garde le cap et on accélère !

Nouveau commentaire